Fermer la fenêtre
Art Limited
h
Crédit image © César
Bullet

lieu de l'événement

Centre Pompidou

Place Georges Pompidou
75004 Paris
France
T +33 (0)1 44 78 12 33
Entrée principale par la piazza, place Georges Pompidou.
Entrée à la Bpi par la rue du Renard à l'opposé de l'entrée principale.
Entrée pour les handicapés moteurs et public non voyant rue du Renard angle Saint-Merri.
Bullet

a propos de l'auteur

Bullet

social

Publié le30 septembre 2017 à 16:07
Consulté4310 fois

César

La RétrospectiveCentre Pompidou, Sculpture, Paris, France
mercredi 13 décembre 2017 - lundi 26 mars 2018 - Evénement terminé.

La rétrospective de l’œuvre de César présentée par le Centre Pompidou coïncide avec le vingtième anniversaire de la mort de l’artiste. Illustre dès l’âge de 25 ans, César a vécu plus de cinquante années de création. Il est la dernière figure majeure du Nouveau Réalisme dont l’œuvre n’a pas encore fait l’objet d’une rétrospective. À travers une centaine d’œuvres présentées dans la plus vaste de ses galeries d’expositions, le Centre Pompidou propose de découvrir, dans toute son intégrité et sa richesse, le parcours de l’un des plus grands sculpteurs de son temps. Avec les œuvres majeures les plus célèbres, comme à travers certains cycles plus méconnus, cette rétrospective présente un ensemble inédit à ce jour.

Le Pouce de-César au-musée de Marseille
César Expansion n°14 1970 Expansion Coulée de polyuréthane expansé, stratifié et laqué 100 x 270 x 220 cm MNAM / Centre Pompidou, Paris © SBJ / Adagp, Paris 2017 (Photo credit © Centre Pompidou, MNAM-CCI/Georges Meguerditchian / Dist. RMN-GP)
© César
© César
César Bas-relief 1961 Relief Acier Et Fragments De Tôle Peinte Soudés 252 X 281 X 45 Cm Mnam / Centre Pompidou, Paris © Sbj / Adagp, Paris 2017 Photo Credit © Centre Pompidou, Mnam-cci / Philippe Migeat / Dist. Rmn-gp
César Compression “ricard” 1962 Compression Tôle Peinte 153 X 73 X 65 Cm Mnam / Centre Pompidou, Paris © Sbj / Adagp, Paris 2017 Photo Credit © Centre Pompidou, Mnam-cci/adam Rzepka / Dist. Rmn-gp
César Coque Vallelunga N° 1 1986 Compression Tôle Peinte Sur Support en Fonte 238 X 173 X 10 Cm Plaque De Support en Fonte : 9 X 120 X 80,5 Cm Hauteur Globale Sur Pied : 286 Cm Mnam / Centre Pompidou, Paris © Sbj / Adagp, Paris 2017 Photo Credit © Centre Pompidou, Mnam-cci / Philippe Migeat / Dist. Rmn-gp
© César
© César
César, « Compression murale », 1975 - Photo credit : © Béatrice Hatala - Centre Pompidou, MNAM-CCI /Dist. RMN-GP © SBJ / Adagp, Paris
302 partages
Partager cette page sur FacebookPartager cette page sur Twitter Partager cette page sur PinterestPartager cette page sur Google+Partager cette page sur BufferPartager cette page sur LinkedInPartager cette page sur Tumblr

La rétrospective est conçue et réalisée par Bernard Blistène, directeur du Musée national d'art moderne, avec la collaboration de Bénédicte Ajac, attachée de conservation au Musée national d'art moderne et Hervé Derouault, chargé de production. Elle se déploiera sur un plateau amplement ouvert sur la ville, mettant en évidence le rapport que l'œuvre de César entretient profondément avec l'espace urbain.

Quelque cent trente pièces du monde entier seront réunies. Certains cycles méconnus comme ceux des premiers « Fers », des « Enveloppages », des « Encageages » ou des « Championnes » à partir de carcasses automobiles de compétition, réalisées en 1986, de la « Suite milanaise » de 1998, constitueront des ensembles souvent inédits à ce jour. Le parcours sera thématique et s'organisera autour des grands cycles conçus par l'artiste.

La scénographie de l'exposition privilégiera la fluidité afin de mettre en évidence le caractère monumental des œuvres ainsi que le principe de sérialité et de répétition qui l'anime. La dualité propre à la pratique de César, oscillant constamment entre classicisme et modernité, incarnera le conflit propre à l'artiste mais aussi à l'art du 20è siècle, pris entre émancipation du matériau et recherches classiques.
César Expansion n°14 1970 Expansion Coulée de polyuréthane expansé, stratifié et laqué 100 x 270 x 220 cm MNAM / Centre Pompidou, Paris © SBJ / Adagp, Paris 2017 (Photo credit © Centre Pompidou, MNAM-CCI/Georges Meguerditchian / Dist. RMN-GP)

César Expansion n°14 1970 Expansion Coulée de polyuréthane expansé, stratifié et laqué 100 x 270 x 220 cm MNAM / Centre Pompidou, Paris © SBJ / Adagp, Paris 2017 (Photo credit © Centre Pompidou, MNAM-CCI/Georges Meguerditchian / Dist. RMN-GP).


Né à Marseille en 1921, César commence un apprentissage qui le conduit à Paris à l'École nationale supérieure des Beaux-arts. Il y croise entre autres, Alberto Giacometti, Germaine Richier, Pablo Picasso et se mêle à la scène artistique d'alors, côtoyant les artistes de SaintGermain-des-Près et de Montparnasse. Très tôt, il se fait remarquer par une technique qui lui est propre et lui apporte la célébrité : ce sont les « Fers soudés », les figures humaines et autres « Vénus » ainsi que le bestiaire qu'il invente, peuplé d'insectes et d'animaux de toutes sortes qui l'amènent à sa première exposition personnelle, galerie Lucien Durand en 1954.
Bientôt célèbre, son œuvre est exposée de Londres à New York.

L'INTELLIGENCE DU GESTE

Confrontant sans cesse son œuvre au classicisme et à la modernité, César élabore alors une pratique fondée sur ce que le critique Pierre Restany appellera une opposition continue entre « homo faber » et « homo ludens ». Jouant de l'opposition entre une maîtrise assumée du métier de sculpteur et des gestes novateurs, César stupéfie son public lorsqu'au tournant des années 1960, il réalise ses premières « Compressions ».
Présentées au Salon de Mai, elles font scandale et inaugurent un cycle aux évolutions nombreuses qui ne s'interrompra qu'avec la mort de l'artiste, en 1998. Les « Compressions » seront l'un des gestes les plus radicaux de la sculpture du 20è siècle, présentées aussi bien à la Documenta de Cassel qu'à la Biennale de Venise, interprétées par de nombreux artistes allant des américains Linda Benglis ou Charles Ray, au français Bertrand Lavier.

L'AUDACE DES MATÉRIAUX

Inventif et guidé par la logique accidentelle du matériau, César s'engage ensuite dans une forme de dialectique en développant des « Expansions » selon un principe opposé à celui des « Compressions ». Au métal compressé succèdent le polyuréthanne et autres matériaux que l'artiste teinte et polit, leur appliquant son savoir-faire et une méthode propre à la sculpture classique.

Après les « Fers soudés », les « Compressions » et les « Expansions » sont tôt reconnues comme deux moments inauguraux de la sculpture moderne. Suivent entre autres les « Moulages » et les « Empreintes humaines » qui ajoutent à l'œuvre de César une dimension nouvelle. Déléguant au pantographe l'agrandissement mécanique de son propre pouce à l'occasion d'une exposition autour du thème de la main, César conceptualise un nouvel aspect de sa pratique, variant délibérément les échelles et les matériaux, soucieux d'apporter une méthode jusqu'ici inconnue à l'art de la représentation. Sa vie durant, le thème de l'autoportrait traverse les différents cycles de son œuvre.

UN ARTISTE DE SON TEMPS

César, au faîte de la célébrité, devient au tournant des années 1970, l'une des figures emblématiques de l'art de son temps. Associé aux artistes du mouvement du Nouveau Réalisme fédéré depuis 1960 par Pierre Restany, il expose dans le monde entier et réalise en public des expansions éphémères qui sont autant de performances. De Paris à Londres, de São Paolo à Milan, César allie à la permanence de la tradition classique des gestes radicaux et inventifs, souvent spectaculaires et éphémères.
Refusant de choisir entre le mot d'ordre des modernes et celui des classiques, il construit ainsi une réflexion originale et sans doute médiane entre l'intensité d'expériences souvent imprévisibles requises par l'art de son temps et la sagesse du temps long que lui offre la pratique patiente et laborieuse de l'assemblage.

UN CONSTANT POUVOIR D'INVENTION

Les années 1980 voient se développer un nombre important de ses sculptures monumentales.
César est « premium impérial » du Japon. Il expose dans le monde entier mais l'institution française - toujours elle - le boude ou ne reconnaît plus en lui qu'un maître du passé. Les rétrospectives de Marseille, du Jeu de Paume ou de la Fondation Cartier rappellent au public le rôle essentiel de l'artiste et son constant pouvoir d'invention. Il expose alors au pavillon français de la Biennale de Venise, à Milan, Malmö, Mexico...
Après Otto Hahn, Pierre Restany, Daniel Abadie ou Catherine Millet parmi bien d'autres en France, une nouvelle génération de critiques venus de toutes parts le découvre et met en évidence la singularité de son œuvre et de son propos, révélant un intérêt pour les matériaux les plus contradictoires allant du marbre au chiffon, du fer à la paille, du plastique au papier.

César apparaît aujourd'hui comme un artiste qui a profondément renouvelé sa pratique, conduit sans cesse par la logique des matériaux qu'il s'est appropriés. Jovial et sombre, à l'image de son œuvre qui dresse un réquisitoire de notre société industrielle et métamorphose les matériaux qu'elle utilise, César est sans conteste l'un des grands sculpteurs de son temps, l'un de
ceux dont les œuvres comptent parmi nos icônes modernes, reconnaissables entre toutes.

Bullet

contacter

Nom

Lieu

Adresse e-mail

Votre message

Bullet

tags

artartisteartistiqueartsauteurcadrecataloguecentrecésarcompressionconceptconsommationcontemporaincréatifcréationcréativitécréerdéchetdestructionépreuveesthétiqueévénementexpansionexpoexposerexpositionformatfranceimagemachinemanifestationmatériaumétalmodernmonumentalnouveauoeuvreparispompidouréalismerécupérationrecyclagerétrospectivesculpturesociétéstylevue
Rejoignez la communauté FacebookTwitterGoogle+PinterestTumblr.LinkedIn
S'abonner à la newsletter
© Art Limited, Bordeaux, France - v22.11.0 - Tous droits réservés 2005-2018