Art Limited
Photography, 78 views
Published 27 November 2019

TASSILIS

Lumières Minérales

Dans l'océan des Ergs, et le labyrinthe des Tassilis.

Jean-luc Billet - TASSILIS 15
Preview thumbnail for artwork TASSILIS 15
Preview thumbnail for artwork Tassilis 18
Preview thumbnail for artwork Tassilis 13
Preview thumbnail for artwork Tassilis 16
Preview thumbnail for artwork Tassilis 12
Preview thumbnail for artwork Tassilis 11
Preview thumbnail for artwork Tassilis 10
Preview thumbnail for artwork Tassilis 05
Preview thumbnail for artwork Tassilis 17
Preview thumbnail for artwork Tassilis 06
Preview thumbnail for artwork Tassilis 07
Preview thumbnail for artwork Tassilis 08
Preview thumbnail for artwork Tassilis 09
Share this page on FacebookShare this page on TwitterShare this page on PinterestShare this page on LinkedInShare this page on TumblrShare this page on BufferShare this page on StumbleUponShare this page on RedditShare this page by E-mail
"De Gardel à Djanet, la piste chamelière traverse l'un des plus grandioses paysages du monde. Elle longe tout d'abord la lisière méridionale du Tassili; la falaise vient s'écrouler dans la grande plaine d'Admer, et son erg impressionnant... Au Tassili, la beauté est dans les détails des canyons ignorés, dans les contrastes entre les pierres dressées, les dunes montant à l'assaut des plateaux gréseux, s'infiltrant dans les cheminées rocheuses, des îlots de verdure, des oueds où dorment de mystérieuses gueltas".
Roger Frison-Roche - Du Hoggar au Tassili – 1950


Marcher dans le désert.
Au fil des jours un rythme s'installe, le temps prend de la consistance, l'esprit se libère, s'envole. Le corps est là, aussi, qui fonctionne, qui avance sur le sable ou la roche, qui reçoit la morsure du soleil, plus vive au fil des heures; émerveillement à chaque pas. Les premières heures de la matinée sont un bonheur pour le photographe. Il faut prendre la peine de s'éveiller avant ses compagnons de voyage, s'extraire de son sac de couchage et s'éloigner du bivouac en direction d'une promesse de lumière. Le soleil n'est pas encore apparent, mais, au-dessus des roches et des dunes, il prépare sa place dans un ciel d'une somptueuse matière, qui semble garder en suspension le sable soulevé par le coup de vent de la veille. Dès qu'il se montre, la lumière rasante embrase le relief qui semble soudain s'extraire des ombres au sol. Un peu plus tard, alors que la caravane a déjà repris son itinéraire, la lumière de plus en plus intense donne une forte densité au moindre caillou saillant, au moindre relief de sable. A l'heure de la "gueïla", c'est le repos à l'ombre d'une roche ou sous un acacia, aux heures les plus chaudes; les ombres portées sur le sol sont à ce moment d'une grande netteté. Les minutes qui encadrent le moment où le soleil se couche est aussi très favorable à la photographie; les contours s'estompent, les contrastes s'apaisent, les roches semblent se replier sur elles-mêmes, le sable se fait accueillant et plein de douceur. Le soir, généralement plus convivial, se passe autour du feu qui sert aussi à préparer le repas. Après quoi chacun se cherche un creux de dune pour s'installer pour la nuit. Et là le grand spectacle commence: à la verticale la ceinture d'Orion allume son losange; près de l'horizon, vers le nord, c'est ensuite la grande ourse qui attire l'attention, puis l'infini des constellations emplit le ciel, parachevé par la voie lactée dont l'écharpe magnifique encercle le ciel tout entier. Un spectacle qui se vit sans la photographie, mais qui se grave à jamais dans la mémoire. Eteint par nos éclairages urbains nous n'avons plus aucune idée de ce qu'est un ciel nocturne, il faut bivouaquer au Sahara ou en haute montagne pour le découvrir. Ce ne sont plus quelques fades lumières sur fond anthracite plat mais une véritable "joaillerie" (Loti) qui a une telle réalité en trois dimensions qu'on a parfois l'impression de pouvoir atteindre les étoiles les plus proches en levant le bras. Au fil des éveils de la nuit, le ciel bascule vers l'ouest. Il en découle l'impression d'être un point minuscule collé sur la planète par la gravitation, qui tourne vers l'est, alors que le ciel étoilé lui, reste fixe.
JLB 27/11/2019

"Je me suis allongé et j’ai observé les constellations qui brillaient intensément, si loin de toute lumière. Les étoiles scintillaient, la voie lactée était une large ceinture laiteuse traversant le ciel. Pour la première fois sans doute … j’ai senti de manière palpable que je me déplaçais moi, plutôt que les étoiles, et cette sensation n’en est pas moins étonnante qu’elle correspond à la réalité … Je sentais la terre bouger tout doucement sous ma colonne vertébrale, j’en concevais un vertige évident."
Jim Harrison – La route du retour.
Jean-luc Billet - Tassilis 18
Jean-luc Billet - Tassilis 13
Jean-luc Billet - Tassilis 16
Jean-luc Billet - Tassilis 12
Jean-luc Billet - Tassilis 11
Jean-luc Billet - Tassilis 10
Jean-luc Billet - Tassilis 05
Jean-luc Billet - Tassilis 17
Jean-luc Billet - Tassilis 06
Jean-luc Billet - Tassilis 07
Jean-luc Billet - Tassilis 08
Jean-luc Billet - Tassilis 09
Bullet

write a comment





Jean-luc Billet
Jean-luc Billet
ARTIST
Amateur photographer
Featured
Onde TV
Featured
Hellgate
Featured
Walk Along The Mere
Join the communityFacebookTwitterInstagramPinterestTumblr.LinkedIn
Subscribe to newsletter
© Art Limited, Bordeaux, France - v22.15.0 - All rights reserved 2005-2019