Close the window
Art Limited
Jean-michel Correia
Jean-michel Correia
Geographic location Art viewer visitor, Canada
2K image views

FollowFollow
ContactContact
 Jean-michel Correia 2 September 2015 at 05:01pm
Des moments inespérés

Si d'après Kandinsky, « le contenu de la peinture est la peinture », en d'autres
termes, la somme de ses constituants, on serait tenté de croire résolue une des questions fondamentale générée par l'acte pictural. Pourtant, mise entre parenthèse la problématique formelle et programmée du Minimalisme, aucune œuvre ne saurai se borner à tel constat. A fortiori, c'est ici le cas, lorsque le peintre allégorise sans remonter aux apparences, scelle de subtiles hiérarchies, procède par un système additionnel, et agit souvent par anamnèse, dans la mesure où il cultive l'érosion pariétale.
Il en est ainsi de Jean-Michel Corréia, dont l'itinéraire anti-littéral, davantage tourné vers les affects que vers l'analyse, délivre une autre conscience de l'image, en ce qu'il conjugue la surface-couleur à l'aventure de l'objet. De l'objet déchu s'entend, du moins de certains fragments détournés de leur finalité, ensuite innervés sur des supports carrés en pulpe de coton en vue de recréer de « nouveaux territoires ».
Par ailleurs doté d'un tour de main particulièrement affiné, fruit du legs paternel,
et d'une intuition tactile en adéquation avec son évaluation mentale, Corréia veille scrupuleusement à chaque phrase d'élaboration de son langage : la fabrication de l'encadrement, de la trame, le choix des matières à recycler, des couleurs, l'ensemble de ces éléments s'avérant consubstantiels de la signification du tableau.
Sans champ opératoire maintenant posé, adossé aux proportions du nombre
d'or, c'est –à-dire au strict ordonnancement de ses vantaux individuels, sinon compartimentés pour les compositions sur toile, il partage les préceptes de LE CORBUSIER : « L'architecture est au-au-delà des utilitaires, c'est avec des matériaux bruts, établir des rapports émouvants ».
Alors d'abord sur des papiers humides passés au tamis et sertis au carré-la
figure idéale du Suprématisme-il assemble au cœur des ses étendues
texturielles légèrement creusées à dessein, toute sortes de substances :
 Jean-michel Correia 2 September 2015 at 05:00pm
IN SITU, L'ESPRIT DU LIEU

« Amis du Modulor, à vous de continuer… » Lance Le Corbusier quelque part dans l'un de ses écrits. Jean-Michel Corréia ne se l'est pas fait répéter deux fois, il a saisi l'invitation du maître dès la première lecture et, depuis, n'a eu de cesse de jouer des possibles déclinaisons que lui offre le « jeu des panneaux » du magistral module. Passée la rigueur du geste et repoussé tout risque d'arbitraire, l'artiste s'est inventé ses propres moyens plastiques. Il s'est donné des matériaux-objets de rebut et pulpe de coton- et un format-le carré-, abordant la question du tableau comme un concept de travail dont les nombreuses applications déterminent l'œuvre à l'ordre d'une construction tant mentale que sensible.
Pour ce qu'elle avoue tout en même temps d'une intention théorique et d'une volonté d'inscrire l'esprit d'un lieu, quelque chose d'une pensée architecte la motive et la gouverne. Les travaux engagés par Jean-Michel Correia ne le sont jamais autrement que dans cette dynamique mémorable de témoigner d'une présence et de rendre compte des relations expérimentées de celle-ci au lieu habité. Le monument qu'il a imaginé ici s'offre à l'épreuve d'une circulation et d'un passage grand ouvert dont les parois jouent de la prise en charge de l'espace tant par la peinture que les travaux faits avec les enfants. Constitués de matériaux récupérés et de dessins croqués in situ, fossilisés dans la matière du papier, ceux-ci se dressent en façades résistante fossilisés dans la matière du papier, ceux-ci se dressent en façade résistante à l'instar des tableaux de Corréia qui leur fond écho. Des tableaux bruts d'image, véritables icônes rudimentaires de cet esprit du lieu si cher à l'image à l'artiste et dont les traces, entre écritures et griffures, sont la mémoire vive.

Philippe Piguet
Critique d'art.
 Jean-michel Correia 2 September 2015 at 04:59pm
Architecturer l'espace et la matière
Concevoir la peinture comme une architecture, voilà la manière dont Jean-Michel Correia qualifie sa démarche artistique. Elle se définit comme une constante recherche visuelle où la géométrie joue un rôle essentiel. En s'appuyant sur des systèmes de proportions architecturales, tels le modulor et le tracé régulateur, le peintre élabore une série de dispositifs sensoriels à partir d'une grille préalablement établie. C'est sur celle-ci que seront ensuite réalisées les différentes perspectives, l'application de la couleur/matière et la création des textures. Le tracé initial est donc déterminant, car il agit au départ comme une matrice.
Dans sa démarche plastique, Jean-Michel Correia, architecte de formation, est sensible aux apports de la peinture moderne sur le plan optique. D'ailleurs, son intérêt pour la production des œuvres peintes de Le Corbusier le démontre. Dans ses compositions, il s'inspire de certains procédés élaborés par le célèbre architecte notamment par la façon dont celui-ci ordonnait les éléments du tableau pour créer un effet centrifuge. Une autre caractéristique de la production de Correia réside dans l'organisation de plans qui agissent dans un effet de push and pull. Le spectateur est invité à décoder ce qui apparaît devant ou à l'arrière de la surface du tableau. C'est pourquoi l'artiste affirme qu'il n'y a pas d'objets dans ses œuvres, mais des panneaux ou des étendues qui dialoguent entre eux et qui impliquent la participation du regardeur. Ses œuvres se veulent interactives.
La méthode utilisée par le peintre permet une vaste exploration d'agencements esthétiques de nature abstraite. Comme en témoigne sa plus récente production, le tracé régulateur peut être également appliqué pour simuler visuellement le champ spatial sur lequel repose, par exemple, la composition d'un tableau de Picasso. Équilibrer les formes et la matière dans leur relation à l'espace, constitue l'axe central sur lequel s'édifie l'ensemble de la production de Jean-Michel Correia.
Join the communityFacebookTwitterGoogle+PinterestTumblr.LinkedIn
Subscribe to newsletter
© Art Limited, Bordeaux, France - v22.11.5 - All rights reserved 2005-2018